L'Art Déco au cinéma

20 janvier 2016

Il n'y a pas à proprement parler de « Films Art Déco » mais il existe de nombreux films où l'Art Déco possède une grande importance, soit parce que le film date des années 20, soit parce que le réalisateur avec son équipe artistique a choisi un bâtiment Art Déco pour une partie de son tournage ou bien a créé de toutes pièces des édifices dans le style Art Déco.

Cette page ne proposera pas d'intellectualiser le sujet mais recensera simplement l'Art Déco au cinéma dès que l'occasion lui en sera donnée. Pour être clair, dès que j'aurai l'occasion de repérer un décor Art Déco dans un film vu à domicile, j'en ferai une ou des captures d'écran pour venir vous en parler ici. Certains films possèdent un décor tellement fabuleux et récurrent qu'ils auront leur propre article.


Mis à jour le 15 décembre 2016

Ghostbusters, 2016

J'attendais avec impatience le remake des Chasseurs de fantômes pour voir si la même importance serait accordée à l'Art Déco. Premièrement, j'ai vite remarqué qu'il ne s'agissait pas à proprement parler d'un remake ; pas vraiment une suite non plus (on retrouve plusieurs acteurs du film de 1984 mais dans un autre rôle) ; on pourrait utiliser le mot moderne de « reboot », plutôt attaché au monde des Comics.
Quoiqu'il en soit, les chasseurs sont devenus chasseuses, la ville est toujours New-York et l'ambiance est toujours à la rigolade. J'ai trouvé que le film avait vraiment trouvé son humour et j'ai passé un bon moment. Alors Art Déco ou pas ?
Bien sûr ! Tout est rassemblé dans un hôtel, l'hôtel Mercado, dans le quartier Broadway. Celui-ci est très soigné et les plans d'ensemble permettent de l'admirer dans son intégralité. Comme pour le premier film, nous avons une façade tout à fait réelle (on trouve des facilement des infos sur internet) et un intérieur reconstitué en studio (ce qui est plus simple quand on veut le détruire intégralement) . Voici des captures d'écran du film. Je n'ai toutefois pas jugé nécessaire de lui offrir son propre article.


James Bond, Spectre, 2015

La première scène de ce James de 2015 commence en plein centre de Mexico, le jour de la fête des morts. Le héros, déguisé en squelette, accompagne une amie dans son hôtel de la fin des années 10, début des années 20, possédant un ascenseur d'époque et une superbe verrière colorée. Après quelques mètres sur les toits, le voici devant sa cible, un immeuble des années 30, sans doute une ancienne usine, cachée derrière un fronton arrondi de la même époque.


Ip Man 3, 2015

Ce troisième volet de la série sur le maître de Kung Fu Ip Man se déroule toujours dans le Hong-Kong des années 50 dans des quartiers construits majoritairement pendant les années 30. Le bar mêle allègrement l'Art Déco avec le style des années 50 et tout ce qui est propre à la Chine. On retrouve dans l'école et ailleurs des motifs géométriques simples, pleins, sur les ferronneries.

Green Lantern, 2013

C'est devant un petit aérodrome qui semble servir également de musée de l'aviation ancienne (on peut voir les avions de la deuxième guerre mondiale), que se tient une fête d'un faste certain. Si l'aérodrome est de petite dimension, l'immeuble qui lui sert d'entrée a des proportions tout à fait gigantesques, possédant des bas-reliefs, eux-aussi tout à fait colossaux pour un bâtiment de ce type. Toutefois, le réalisateur de ce film de qualité moyenne n'a pas choisi de montrer son décor dans le détail.


The Hobbit, 2012

Si vous avez vu ce film (les parties II et III), cela n'a pas pu vous échapper : le palais du roi des Nains, gardé par le dragon Smaug, n'a rien de moyenâgeux. Enfin, si, peut-être que l'esprit du Moyen Âge y est, mais il est en tout cas mêlé à l'Art Déco. Les artistes travaillant sur ordinateur ont eu tout le loisir de créer intégralement le décor qui leur plaisait. J'imagine qu'ils ont dû pas mal discuter avant d'arriver à une architecture aussi moderne pour un récit qui se veut médiéval-fantastique. Regardez ces pans coupés, ces piliers, ces statues allongées... Même s'il n'y a pas de quoi en discuter non plus pendant des heures, je trouve l'idée très osée mais en même temps tout à fait extraordinaire !


Ip Man 2, 2008

Ce film chinois a recréé entièrement un quartier de Hong-Kong des années 30, en dur et en images de synthèse. On peut voir des halles couvertes et l'appartement du héros. Le combat final se passe dans une salle de bal qui est peut-être réelle tellement elle est grandiose et magnifique, je n'ai pas réussi à trouver d'information sûre. Ce film aura prochainement son propre article avec davantage d'informations et de photos.


Faubourg 36, 2008

Le film de Christophe Barratier a beau rester dans une unité de temps, l'année 1936 (sauf la toute fin), il alterne les esthétiques autant dans les arts visuels que dans la musique, et c'est ce qui fait l'intérêt du film. Le théâtre des années 1910 a clairement du mal à effectuer la transition vers les années folles. Quand elle finira par s'effectuer, pour le plus grand bonheur du public, ce sera vers des décors Art Déco très réussis. Le décor du patron malhonnête est également Art Déco.


Superman Returns (2006)

Ce film de qualité correcte est également appelé Superman V. Clark Kent, alias Superman, ainsi que son amie et co-héroïne de la franchise Loïs Lane, travaillent en tant que journalistes au Daily Planet. L'immeuble hébergeant la rédaction de ce journal est tout à fait de style Art Déco. Mais il faut avouer qu'il y a toutefois quelques maladresses. Le toit du bâtiment en fait trop (comme dans SOS Fantômes) et on ne comprend pas bien le rôle de ces colonnes, pseudo gothique flamboyant anglais de la salle de rédaction.... L'ascenseur n'est pas vu en détail mais il semble bien fichu.


Batman, Tim Burton, 1989

Un film très important dans ma jeunesse. Les décors sont directement tirés des bandes dessinées, certains sont même d'ailleurs dessinés (nous sommes dans les années 80 où les images de synthèse ne sont pas encore utilisées). Ainsi, l'Hôtel de Ville, le musée et d'autres choses encore sont issus de l'imaginaire Art Déco des créateurs du film. L'ensemble est très convaincant, je trouve.


Ghostbusters, 1984

L'action principale se passe dans l'appartement de l'héroïne incarnée par Sigourney Weaver, dans un des derniers étages d'un bâtiment Art Déco situé au 55 Central Park West. Si ce bâtiment existe, l'appartement a bien sûr été reconstitué en studio et le toit a purement et simplement été inventé. Voir l'article complet sur le film Ghostbusters.


Grand Hotel, 1932

Le film d'Edmund Goulding se passe dans un hôtel tout à fait moderne. Le réalisateur ne propose jamais de plans détaillés, ne s'attarde pas sur le décor de l'hôtel. Il faudra se contenter de captures d'écran sans gros détails visibles.


Feet First - Harold Lloyd, 1930

Dans le film Les pieds devant, Harold Lloyd se débat au dessus du vide, accroché à la façade d'un immeuble Art Déco. Autant l'immeuble new-yorkais existe (il n'est pas vieux à l'époque du film) autant les scènes du héros s'ébrouant dans le vide ont-elles recréé un décor simple avec un joli motif Art Déco.


Metropolis, Fritz Lang, 1927

Ce film allemand de 1927, adapté de l'ouvrage de Thea von Harbou est signé du réalisateur autrichien Fritz Lang. Il s'agit d'un film muet en noir et blanc qui utilise des moyens gigantesques pour un film de cette époque. Le budget est colossal, le nombre d'acteurs également. Des décors d'une taille impressionnante ont dû être érigés, des plateaux de tournage sur plusieurs étages ont dû être construits et de très belles maquettes ont été fabriquées. Voir l'article complet sur Metropolis.


Le Vertige, Marcel L'Herbier, 1926

Ce film n'a pas la même importance que l'Inhumaine (voir plus bas), car son décor n'a pas été créé par de grands noms de la décoration et l'architecture moderne de l'entre-deux-guerre. Je ne sais pas si l'on d'ailleurs parler d'Art Déco dans ce film car tout est assez flou ; l'auteur n'a pas réédité le coup de génie de son précédent film. Ainsi, j'ai pu extraire deux images qui se rapprochent de l'Art Déco. L'une tirée d'un palais, avec des fenêtres à pans coupés, de l'intérieur alors qu'elle ne sont pas de l'extérieur (les images d'extérieur sont réelles alors l'intérieur est un décor), et l'une extraite d'une de cabaret.


L'Inhumaine, Marcel l'Herbier, 1924

Ce film muet est un monument de l'Art Déco par ses décors de Mallet-Stevens et Fernand Léger et par ses costumes de Paul Poiret. Les images tirées du film ne sont pas de bonne qualité. Un article sur ce sujet, avec bien d'autres photos, verra bientôt le jour.



PARTAGEZ CET ARTICLE
Facebook Google+

Commentaires

Nom ou pseudo :

Adresse Email (facultatif) :

Anti-spam. Combien font



strüll Posté le 03 novembre 2016 à 13h00

Cette page est extraordinaire ! Merci pour cet article et pour tous les autres sur le cinéma.
Marie Posté le 21 janvier 2016 à 20h06

Grande fan de cette page.
Je la trouve très très réussie.
Et j'attends qu'elle s'étoffe encore avec impatience ! ;-)