L'Art Déco au cinéma VI

24 août 2019

Les films les plus anciens, ceux des années 20, à l'époque où le cinéma n'était que muet. L'Art Déco n'est pas vraiment celui que l'on a en tête mais ces films possèdent tous un petit je-ne-sais-quoi qui nous met dans l'ambiance de l'Art Déco.


Le Vertige, Marcel L'Herbier, 1926

Ce film n'a pas la même importance que l'Inhumaine (voir plus bas), car son décor n'a pas été créé par de grands noms de la décoration et l'architecture moderne de l'entre-deux-guerre. Je ne sais pas si l'on d'ailleurs parler d'Art Déco dans ce film car tout est assez flou ; l'auteur n'a pas réédité le coup de génie de son précédent film. Ainsi, j'ai pu extraire deux images qui se rapprochent de l'Art Déco. L'une tirée d'un palais, avec des fenêtres à pans coupés, de l'intérieur alors qu'elle ne sont pas de l'extérieur (les images d'extérieur sont réelles alors que l'intérieur est un décor), et l'une extraite d'une de cabaret.


L'Inhumaine, Marcel l'Herbier, 1924

Ce film muet est un monument de l'Art Déco par ses décors de Mallet-Stevens et Fernand Léger et par ses costumes de Paul Poiret. Les images tirées du film ne sont pas de bonne qualité. Un article sur ce sujet, avec bien d'autres photos, verra bientôt le jour.


L'argent, 1924

Un film muet peu connu de Marcel L'Herbier, basé sur le roman d'Emile Zola. Il y est question de banques, d'investissements, d'escrocs (pardon pour le pléonasme), de la haute société... Ce qui est passionnant ici, c'est qu'il n'y a aucune tentative de situer les décors du film dans le contexte du livre, qui lui est antérieur de 32 ans seulement.

Ainsi, tout est révélateur de son époque. La banque est moderne, le club est moderne, la musique tourne autour du jazz et du music-hall, référence non dissimulée aux États-Unis.


Aelita, reine de Mars, 1924

Pas vraiment Art Déco, je tenais à dire un mot de ce film muet incroyable pour l'époque, film soviétique du réalisateur Yakov Protazanov, inspiré du roman de Tolstoï. Je passe sur l'histoire, où il est question d'extra-terrestres. Il est surtout question de révolte. Le film utilise des costumes et des décors particulièrement osés et audacieux, parfois à la limite du cubisme.



PARTAGEZ CET ARTICLE
Facebook Google+

Commentaires

Nom ou pseudo :

Adresse Email (facultatif) :

Anti-spam. Combien font