Dumbo de Tim Burton, Art Nouveau ou Art Déco ?

26 juin 2019

Très joli film de Tim Burton, plein d'émotion, de très belles images (les images de synthèse se mêlent comme jamais aux images réelles). Le réalisateur a réécrit totalement l'histoire en intégrant des clins d’œil au long métrage de Disney original. Il manque peut-être deux-trois choses au niveau de l'histoire ; j'ai été un peu gêné de temps en temps mais il m'est difficile de mettre le doigt dessus. Passons donc la partie critique car ce n'est pas ma spécialité.

Je m’intéresse plus à l'architecture et à l'esthétique en général et là, il y a beaucoup à dire.

Nous sommes en 1919, à la sortie de la guerre. L'Art Nouveau n'est plus à la mode, l'Art Déco n'en est qu'à ses balbutiements. Le réalisateur a choisi une première partie de film au milieu d'un cirque à l'ancienne, qui se déplace en train de ville en ville pour monter son chapiteau. Sans parler d'Art Nouveau, nous sommes dans une esthétique 1900, incontestablement. Ceci est très visible aux quelques éléments architecturaux, comme ce fronton, mais également à la mode et aux véhicules utilisés.



Dreamlang

Il n'y a pas grand chose à dire sur ce sujet. Une fois le secret de l'éléphant volant découvert, il est invité à venir se produire dans un espace mêlant fête foraine, cirque et espace d'exposition. Ici, c'est tout à fait autre chose. La modernité est montrée sous les traits de l'Art Déco, principalement.





Dans ce park, on repère une typographie typique des années 30 et des spirales tout à fait exagérées sur la grille d'entrée (pourquoi pas). Quelques formes sont aussi tout à fait évocatrices de l'Art Déco.

Le bureau du directeur, minimaliste, est d'esthétique et de période inconnue. Elle rappelle un peu la cabine du capitaine Nemo dans le film Vingt-mille lieues sous les mers. Au centre de la pièce, un V, lui-aussi très Art Déco.


Toujours plus loin

Mais ce qui est encore plus étonnant que de l'Art Déco en 1919, ce sont les très rapides allusions aux années 50. Là, on pourrait se dire : De qui se moque-t-on ? Comment peut-on laisser passer de tels anachronismes ? Je pense que le parti-pris est tout à fait assumé par le réalisateur et son équipe.


En résumé

On résumer très simplement les choix qui ont été faits sur ce film : la tradition est représenté par les années 1900, la modernité par l'Art Déco et le futur par les années 50. Je le redis à nouveau : Pourquoi pas !

Voir aussi

Accueil du site
Retour à la page d'accueil du site architecture-art-deco. Présentation, les nouveaux articles...

Le film Inside Man, 2006
Le film Inside Man, 2006
L'architecture de 20 Exchange Place dans le film Inside Man, de 2006.

L'Art Déco au cinéma IV
L'Art Déco au cinéma IV
L'Art Déco dans le cinéma. Les films des années 20 et 30. Page4.

La rue François Mouthon, à Paris 15
La rue François Mouthon, à Paris 15
Une rue entièrement Art Déco. Des immeubles magnifiques.

L'avenue de Suffren à Paris 15
L'avenue de Suffren à Paris 15
Les immeubles Art Déco de l'avenue Suffren dans le 15ème, Paris

Fernand Mascret, architecte nancéen
Fernand Mascret, architecte nancéen
Fernand Mascret, un architecte Art Déco très prolixe à Nancy et sa banlieue.

Charles Masson, architecte nancéen
Charles Masson, architecte nancéen
Charles Masson, un architecte Art Déco incroyable. Nancy.

L'Art Déco au cinéma V
L'Art Déco au cinéma V
L'Art Déco dans le cinéma. Les films des années 30, les premiers films parlants.

Commentaires

Nom ou pseudo :

Adresse Email (facultatif) :

Anti-spam. Combien font