Le Palais de la Méditerranée à Nice

06 novembre 2016

Cet hôtel situé en bord de mer, sur la Promenade des Anglais de Nice, dans les Alpes Maritimes (06) héberge également un restaurant et un casino. Ce sont les architectes Dalmas père et fils, Charles et Marcel qui s'en sont vu confier la construction entre 1927 et 1928, pour une inauguration début 1929.

Peu d'éléments sont d'origine, l'hôtel ayant d'abord modernisé puis dé-art-déco-isé après la seconde guerre mondiale. En 1981, les vitraux et le mobilier sont vendus aux enchères. En 1990, seule la façade principale (sud) et la façade est sont conservées, sauvées du massacre par un classement salvateur aux monuments historiques.

C'est donc à cette façade que nous allons nous intéresser.


Architecture

Cette façade de béton armé, très richement décorée, à la symétrie parfaite comporte trois parties au niveau horizontal et trois parties au niveau vertical, tout à fait indépendantes des étages de l'hôtel.

Au niveau de la rue, sept grandes arcades séparées par des puissantes colonnes cannelées accueillent le visiteur.
La séparation avec l'étage supérieur est annoncée par sept balcons arrondis, très ornés. Leur rôle est uniquement décoratif. Ils sont là pour casser la raideur de la façade. Ces balcons ouvrent sur de très grandes ouvertures, lassant entrevoir les chambres d'hôtel. C'est d'ailleurs plutôt l'inverse. Ce sont ces ouvertures qui permettent aux touristes d'avoir une vue sur la Méditerranée.
L'étage supérieur, le plus décoré, accueille en ses extrémités deux frontons ornés de bas-relief et d'autres éléments sculptés en haut-relief surplombant un entablement classique.


Les bas-reliefs

Les deux bas-reliefs des frontons sont l'oeuvre du sculpteur Antoine Sartorio. Ils sont tous les deux très proches, figurant deux chevaux majestueux se cabrant devant le soleil, entourés de deux figures féminines.

Ces quatre chevaux ont certainement pour rôle de conduire le char d'Hélios, le dieu soleil, guidant la lumière de l'astre à travers la journée, faisant humblement du Palais de la Méditerranée le joyau éclairant la côté d'Azur.

Les figures féminines ne portent pas toutes des attributs faciles à déchiffrer mais on peut voir des fleurs sur l'une d'entre elle, et plus explicite, des raisins, chez une autre. C'est bien suffisant pour reconnaître un autre symbole du temps qui passe, les quatre saisons.


Cette façade, bien sûr Art Déco à plus d'un titre, reste résolument classique, très inspirée du temple grec avec ses pilastres, ses colonnes, son entablement ; même les figures des bas-reliefs sont inspirées de l'antiquité. Toutefois, ce Palais de la Méditerranée est sans doute le plus bel hôtel de toute la côte d'Azur.

Photos supplémentaires

Quelques vues supplémentaires, notamment de nuit (le bâtiment étant magnifiquement éclairé), que je suis ravi de vous offrir.


Voir aussi

Accueil du site
Retour à la page d'accueil du site architecture-art-deco. Présentation, les nouveaux articles...

L'Art Déco à deux pas du port de Casablanca
L'Art Déco à deux pas du port de Casablanca
Cet immeuble a été construit par l'architecte d'origine italienne Aldo Manassi en 1930.

Art Déco à Gotham City IV
Art Déco à Gotham City IV
Quatrième volet de l'architecture dans la ville du héros Batman, Gotham City.

Le monument aux morts de Reims
Le monument aux morts de Reims
Monument aux morts dû à l'architecte Henry Royer et au sculpteur Paul Lefèbvre, 1930.

Bas-reliefs animaliers au 34 rue Pasquier à Paris
Bas-reliefs animaliers au 34 rue Pasquier à Paris
Immeuble Art Déco construit par Pierre et Alex Fournier en 1929. Bas-reliefs d'animaux.

La Havane Art Déco
La Havane Art Déco
Photos de l'Art Déco dans la capitale cubaine, La Havanne.

L'hôtel de ville de Privas
L'hôtel de ville de Privas
L'hôtel de ville Art Déco de Privas, son histoire, son architecture, son horloge, ses vitraux...

Isabelle Papieau, L’Art Déco, une esthétique émancipatrice. Ouais ! Pourquoi pas...
Isabelle Papieau, L’Art Déco, une esthétique émancipatrice. Ouais ! Pourquoi pas...
Critique du livre d'Isabelle Papieau, L’Art Déco, une esthétique émancipatrice, 2013.

Commentaires

Nom ou pseudo :

Adresse Email (facultatif) :

Anti-spam. Combien font