Les monuments aux morts de la guerre 14-18 en France

01 novembre 2017

En France, quelle que soit sa taille, quelle ville ne possède pas son monument aux morts ? Ceci s'explique tout simplement parce que toutes les villes et les villages ont perdu des enfants pendant la première guerre mondiale. Toutefois, à la sortie de la guerre, beaucoup de questions se sont posées :

Faut-il un monument ? En 1918, l'ambiance est plutôt au deuil, au chagrin. La reconstruction n'a pas vraiment commencé ; les grands chantiers ne sont même pas encore prévus et certainement pas chiffrés. Ainsi, les nouvelles dépenses superflues sont reportées à plus tard.

Qui paye ? Dans une deuxième phase, quand la décision sera prise de construire un monument aux morts, bien des communes seront en difficulté pour le financer et vont laisser le projet mûrir et parfois pourrir. Des souscriptions seront souvent lancées et ce sont les habitants d'une commune, désireuse de posséder un vrai monument, qui s'investiront dans la recherche de financements. C'est la raison pour laquelle, la majorité des monuments aux morts datent d'après 1925.

Quelle taille de monument ? La taille sera bien sûr fonction du budget, donc de la taille de la commune mais pas uniquement car, comme dit précédemment, certaines communes feront preuve d'un investissement tout particulier et dégageront suffisamment d'argent pour se payer une vraie oeuvre d'art. Une fois la « mode » des monuments aux morts lancée, personne ne pouvait y échapper et les communes les moins fortunées étaient invitées à choisir sur catalogue. C'est la raison pour laquelle on retrouve des horreurs toutes identiques dans de nombreuses petites communes : un Poilu en béton ou en bronze, toujours le même ou un petit obélisque abritant le nom des morts pour la patrie.

Quel type de monument ? J'entends par là : quel thème sera donné au monument ? La forme d'ensemble est laissée à l'architecte, mais quelles images, que représenteront les sculptures en bas-relief ? Là, plusieurs types de monuments voient le jour, très différents les uns des autres :
- Les monuments peu originaux avec de simples scènes de guerre
- Une représentation de la Victoire, peut-être les plus nombreux, avec parfois un symbole de l'Allemagne écrasée
- Une représentation de la Paix
- Des représentations mixtes

Les monuments mettant la paix en avant sont malheureusement les moins nombreux et on peut noter qu'ils datent surtout des années 30, au moment où le spectre de la guerre s'éloigne et où l'on prend du recul sur la haine de l'ennemi. On note bien sûr le paradoxe, puisque la haine du Germain reviendra encore plus forte seulement quelques années plus tard.

Les articles du site

Retour sur tous les articles de ce site sur un monument aux morts français. Il est bien rare que ces œuvres n'aient pas un lien avec l'Art Déco, d'où mon intérêt pour ce genre architectural et sculptural. Cette liste sera amenée à être complétée par la suite. À vous de voir à quelle catégorie ils appartiennent.

Le monument aux morts de Saint-Quentin dans l'Aisne

Le monument aux morts de Saint-Quentin dans l'Aisne

Le monument de la ville de Saint-Quentin, dans l'Aisne, est de forme tout à fait unique. Il est forme de dix colonnes sur lesquelles repose un linteau abritant trois bas-reliefs dont une frise de taille importante et un fronton recueillant les mots gravés « La ville de Saint-Quentin à ses fils morts pour la France ». L'ensemble fait penser à l'entrée d'un temple antique...

Le monument aux morts des jardins de l'abbaye à Vierzon

Le monument aux morts des jardins de l'abbaye à Vierzon

Ce monument aux morts, daté de 1933 et imaginé par Eugène-Henry Karcher est héberge dans les jardins de l'abbaye de Vierzon, dans le Cher (18). Sculptures, photos, description, images d'archive...

Le monument aux morts de Reims

Le monument aux morts de Reims

Ce monument aux morts arrive à la fin de l'axe des promenades de Reims, entre le centre ville et la gare. Il est dû à l'architecte Henry Royer et au sculpteur Paul Lefèbvre. Il a été inauguré en 1930 par le maréchal Pétain et le ministre de la guerre de l'époque André Maginot.

Le monument aux morts de Tournon-sur-Rhône

Le monument aux morts de Tournon-sur-Rhône

En attendant un article sur les monuments aux morts Art Déco (la période est propice à l'exercice), laissez-moi me pencher sur celui de Tournon-sur-Rhône, en Ardèche (07) car il fait partie des plus impressionnants. Situé au bord de la route, la D86, accolé à la montagne et à son château, personne ne peut passer à côté sans tourner la tête.

Le monument aux morts de Valence

Le monument aux morts de Valence

C'est à Henri Joulie, l'architecte Valentinois que l'on doit la mise en oeuvre architecturale du site mais c'est Gaston Dintrat qui a réalisé l'ensemble de la sculpture. Cette construction en calcaire, qui célèbre la fin de la première guerre mondiale et célèbre ses morts fut réalisée en 1928 et inaugurée le 24 mars 1929.

Le monument aux morts de Perpignan

Le monument aux morts de Perpignan

À la sortie de la première guerre se pose la question de l'érection d'un monument aux morts. Un comité est créé et une subvention est accordée en 1919. C'est le sculpteur local Gustave Violet qui est choisi ; il sera aidé pour les travaux de mosaïque et de ferronnerie. Le monument est inauguré en 1924.

Le monument aux morts de Annecy

Le monument aux morts de Annecy

Ce monument aux morts, du sculpteur Philippe Besnard date de 1926, ce qui n'est pas si tard pour ce genre d'oeuvre, qui, en France, ont souvent attendu les années 30 pour être érigés, faute de financement. La sculpture en bronze représente la Paix et la Victoire...

Le monument aux morts de Laon

Le monument aux morts de Laon

En guise de monument aux morts, la ville de Laon, dans l'Aisne, a choisi une colonne de 17 m de haut sur laquelle se dresse un personnage guerrier féminin en haut-relief portant un bouclier et un glaive : Il s'agit du personnage de Minerve (Athéna), déesse de la guerre, représentant la France...

Le monument aux morts de Romans-sur-Isère

Le monument aux morts de Romans-sur-Isère

Le maître mot de ce monument aux morts signé Gaston Dintrat est IMMORTALITÉ. C'est lui qui trône en grosse lettres bien visible, au plus haut de l'édifice. Alors posons-nous la question : Qu'est-ce qui est immortel ici ? La paix ? Les hommes ? Leur mémoire ? Regardons plus en détail le travail du sculpteur pour tenter d'y voir plus clair.

Le monument aux morts d'Avignon

Le monument aux morts d'Avignon

Ce monument aux morts de la première guerre mondiale, situé Montée des Moulins dans le jardin du rocher des Doms à Avignon, à deux pas de la cathédrale et du Palais des papes, a pris le parti d'une relative simplicité. Le sculpteur Louis Bottinelly a choisi un ensemble en marbre de Carrare, de près de 3 m...

Le monument aux morts de Clermont-Ferrand

Le monument aux morts de Clermont-Ferrand

Ce monument aux morts, situé place de Salford à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme (63) est l'oeuvre de Maurice Vary. Il a été inauguré en 1921. Il est de forme pyramidale à base triangulaire, divisé verticalement en trois parties : une base, trois bas-reliefs et une sculpture en ronde-bosse.

Le monument aux morts de Lille

Le monument aux morts de Lille

Le monument aux morts de Lille est l'oeuvre de l'architecte Jacques Alleman et du sculpteur Edgar Boutry ; il a été inauguré en 1927. Nous avons affaire à un mur d'environ 8 m de haut, à son sommet un texte adressé aux lillois et plus bas, trois panneaux en bas-relief sur le thème de la guerre.

Monument aux morts du Trocadéro

Monument aux morts du Trocadéro

Situé à l'opposé du Palais de Chaillot, au pied du cimetière de Passy, sur la place du Trocadéro, ce monument aux morts est daté de 1956. Il est l'oeuvre du célèbre sculpteur Paul Landowski, qui a laissé son nom dans l'art des années 30.

Le monument aux morts du Conservatoire National des Arts et Métiers

Le monument aux morts du Conservatoire National des Arts et Métiers

Un monument aux morts très original, placé de part et d'autres de la porte d'entrée du Conservatoire des Art et Métiers. Il est l'oeuvre du sculpteur Marcel Gaumont et il est daté de 1923. Sur la partie supérieure, on peut lire : « À la mémoire des élèves et anciens élèves de l'école centrale des arts et manufactures morts pour la France, 1914-1918. »

Le monument aux morts d'Armentières

Le monument aux morts d'Armentières

Le monument aux morts d'Armentières est l'oeuvre de l'architecte Louis-Marie Cordonnier et du sculpteur Edgar Boutry ; il date de 1925. Au niveau formel, au distingue deux parties : La base, parallélépipédique et trois bas-reliefs puis la partie supérieure, pyramide à base carrée...

Le monument aux morts de Bailleul

Le monument aux morts de Bailleul

Ce monument aux morts est formé d'un socle sur lequel repose une sculpture de La Victoire, personnage féminin ailé, casqué, en habits antiques, célébrant la fin de la guerre, les bras ouverts, couronne de laurier dans la main droite.

Autres articles

Des articles passionnants qui compléteront ma propre liste, à voir, en lien sur d'autres sites internet.

Les monuments aux morts en Auvergne

Les monuments aux morts en Auvergne

Un document pdf de qualité sur le site de l'académie de Clermont, réalisé par le service pédagogique de Service régional de l'inventaire d'Auvergne. Une fiche assez austère de 28 pages et en noir et blanc mais très documentée sur tous les monuments aux morts de la région avec notamment une question central : Où construire les monuments aux morts ?

Le Monument aux Morts de Tourcoing

Le Monument aux Morts de Tourcoing

Comme ses voisines Lille et Roubaix, la ville de Tourcoing est occupée pendant presque toute la durée de la guerre. Arrivées le 15 octobre 1914, les troupes allemandes ne repartent que le 17 octobre 1918. Alors que les civils connaissent des conditions de vie extrêmement difficiles, les soldats tourquennois continuent de se battre et de tomber au front. Au lendemain de la guerre, comme partout ailleurs dans le pays, Tourcoing envisage de dédier un monument à ses enfants disparus au combat. Il faut pourtant attendre une douzaine d’années avant que soit inauguré le monument aux morts de Tourcoing.

Rendez-vous au monument aux morts

Rendez-vous au monument aux morts

Une vidéo du CNRS de 47' de très grande qualité sur la construction des monuments aux morts dans les années 20 en France. Un document signé Jacquie Chavance et Marie Mora Chevais. De nombreuses images et des interviews d'historiens spécialistes du sujet. Une vidéo parfaitement exploitable au lycée.


PARTAGEZ CET ARTICLE
Facebook Google+

Commentaires

Nom ou pseudo :

Adresse Email (facultatif) :

Anti-spam. Combien font



Marie Posté le 01 novembre 2017 à 16h16

À la lecture de cet article, je ne peux m'empêcher de repenser à ce livre, lu il y a quelques années et qui m'avait passionnée : "Au revoir là haut" de Pierre Lemaître.
On y retrouve tout ce qui est évoqué ici : patriotisme, désir de rendre un dernier hommage aux soldats, municipalités prêtes à faire de gros efforts financiers pour avoir leur propre monument pour célébrer les enfants du pays, choix des monuments sur catalogue... et puis il y a cette escroquerie colossale inventée par les deux héros : vendre aux municipalités des monuments aux morts magnifiques mais fictifs qui n'existent justement que sur catalogue, en dessins, faits par l'un des héros, une Gueule cassée talentueuse.. Un roman un peu long peut-être mais vraiment très réussi...