L'architecture du film d'animation Dans un recoin de ce monde

10 mai 2018

Ce film d'animation japonais, qui a pour titre original Kono sekai no katasumi ni, a été réalisé en 2016 par Sunao Katabuchi. Il débute au milieu des années 30, à Hiroshima et se prolonge, vous vous en doutez, jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale.
Le scénario, très original, prend le parti de ne pas verser dans l'émotionnel, ce qui serait insupportable, mais d'être toujours dans l'humour, quelques soient les situations, même les plus dramatiques. Ainsi, et sans dévoiler le contenu du film que je vous invite à aller voir, la petite héroïne, à la fois forte, fragile et si passionnée de dessin, est-elle amenée à s'éloigner de sa ville de naissance, ce qui lui permettra de survivre au destin tragique de cette dernière.
Des recherches incroyables semblent avoir été menées pour retrouver des éléments architecturaux précis de la ville et plus spécifiquement du centre ville, dont certains quartiers ont été construits dans les années 20 et 30 et même un peu avant. Et malgré le dessin volontairement simple, le travail sur l'architecture est d'une qualité remarquable. Commerces, gare, immeubles d'habitation et surtout...

Le palais d’exposition industrielle

Le bâtiment est célèbre dans tout le Japon et au delà. Il est aujourd'hui nommé Dôme de Genbaku, abréviation de genshibakudan, qui signifie bombe atomique, car c'est tout ce qu'il reste de l'architecture pré 1945 dans la ville entière. On le doit à l'architecte tchèque Jan Letzel et il date de 1915 et pourtant, quelle modernité dans la conception ! Pas tout à fait Art Déco et encore bien classique lorsqu'on le regarde dans le détail, il pourra facilement tromper au premier regard.
C'est près de ce bâtiment qu'est tombée la bombe H, le 6 août 1945, et c'est la raison pour laquelle il n'a pas été entièrement détruit. Son image est abondamment utilisée dans le film.
Aujourd'hui encore, le bâtiment est gardé en l'état (seulement quelques travaux d'entretien et de consolidation ont eu lieu) et laissé vide. Le Japon souhaiterait le voir classé comme Patrimoine mondiale de l'humanité, en arguant d'un symbole pour la paix et l'abolition des armes nucléaires. La Chine et les États-Unis s'y opposent pour des raisons idéologiques. De ma petite voix lointaine, je soutiens cette idée mais je remarque que la politique nucléaire (quoi que civile) du pays du Soleil levant ne joue pas en sa faveur.




Autres constructions

Art Déco, pas Art Déco ? Pour certains, il n'est pas évident de trancher mais qu'ils datent des années 10, 20 ou 30, ils sont tous très modernes dans leur genre.








Y a-t-il aujourd'hui encore, des gens qui pensent que lancer la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki était la chose à faire ? Bien. C'est une opinion. Ne regardez pas ce film, qui est pourtant l'inverse d'un film de propagande, si vous avez peur de changer.

Voir aussi

Accueil du site
Retour à la page d'accueil du site architecture-art-deco. Présentation, les nouveaux articles...

Boulevard Félix Mercader à Perpignan
Boulevard Félix Mercader à Perpignan
Les immeubles Art Déco du boulevard Mercader de la ville de Perpignan.

Le boulevard des Pyrénées, à Perpignan
Le boulevard des Pyrénées, à Perpignan
Les immeubles Art Déco du boulevard des Pyrénées, à Perpignan.

Annecy, c'est aussi...
Annecy, c'est aussi...
Voici des photos de bâtiments d'Annecy qui n'ont pas été encore montrés dans les autres articles.

La rue de l'Hôpital Militaire à Lille
La rue de l'Hôpital Militaire à Lille
Les cinq immeubles Art Déco de la rue de l'Hôpital Militaire à Lille.

La rue de Molinel à Lille
La rue de Molinel à Lille
Les immeubles Art Déco de la rue de Molinel à Lille.

Le Parc Amable Chanot à Marseille
Le Parc Amable Chanot à Marseille
La grille du Parc Aimable Chanot, à Marseille.

La rue de Béthune à Lille
La rue de Béthune à Lille
Les immeubles Art Déco de la rue de Béthune à Lille.

Commentaires

Nom ou pseudo :

Adresse Email (facultatif) :

Anti-spam. Combien font