L'Art Déco au cinéma II

01 février 2018

Mis à jour le 3 juin 2019

Les années 80 et 90 sont assez peu représentées mais c'est trompeur. Depuis que je m'intéresse à l'Art Déco, j'ai regardé bien plus de films des années 2010 que de films des années 90, c'est normal. Il y a peut-être un regain d'intérêt pour l'Art Déco aujourd'hui mais il n'était pas ignoré par le passé pour autant. J'ai redécouvert la présence de l'Art Déco dans certains des films présents ci-dessous à l'occasion de soirées télévision où je souhaitais faire découvrir à mes enfants certains films qui m'avaient marqué quand j'avais leur âge. Mais malheureusement, peu d'Art Déco dans Top Gun, Retour vers le futur, Thelma et Louise, Mission ou Le grand Bleu !


James Bond, Spectre, 2015

La première scène de ce James de 2015 commence en plein centre de Mexico, le jour de la fête des morts. Le héros, déguisé en squelette, accompagne une amie dans son hôtel de la fin des années 10, début des années 20, possédant un ascenseur d'époque et une superbe verrière colorée. Après quelques mètres sur les toits, le voici devant sa cible, un immeuble des années 30, sans doute une ancienne usine, cachée derrière un fronton arrondi de la même époque.


Ip Man 3, 2015

Ce troisième volet de la série sur le maître de Kung Fu Ip Man se déroule toujours dans le Hong-Kong des années 50 dans des quartiers construits majoritairement pendant les années 30. Le bar mêle allègrement l'Art Déco avec le style des années 50 et tout ce qui est propre à la Chine. On retrouve dans l'école et ailleurs des motifs géométriques simples, pleins, sur les ferronneries.

The Grand Budapest hotel

En 1932, le Grand Budapest Hotel est un palace au sommet de sa splendeur, dans le pays imaginaire de Zubrowka (non pas de Hongrie) jusqu'à l'arrivée des Nazis. Ci-dessous, l'hôtel (imaginaire), dans les années 30 (une grosse bonbonnière où se mélange plusieurs styles architecturaux) et une dernière photo de ce qu'il en reste dans les années 60, un bâtiment uniquement fonctionnel.


Green Lantern, 2013

C'est devant un petit aérodrome qui semble servir également de musée de l'aviation ancienne (on peut voir les avions de la deuxième guerre mondiale), que se tient une fête d'un faste certain. Si l'aérodrome est de petite dimension, l'immeuble qui lui sert d'entrée a des proportions tout à fait gigantesques, possédant des bas-reliefs, eux-aussi tout à fait colossaux pour un bâtiment de ce type. Toutefois, le réalisateur de ce film de qualité moyenne n'a pas choisi de montrer son décor dans le détail.


The Great Gatsby, 2013

À l'époque, j'attendais ce film avec impatience et quelle ne fut pas ma déception en réalisant que le virage Art Déco avait totalement été manqué. Il y avait moyen de faire des choses formidables en mélangeant réalisme et fantasme mais finalement la modernité n'a pas paru importante au réalisateur. Nous avons une exception : cet orgue totalement fantasmagorique aux motifs totalement inventés mais incontestablement inspirés de l'Art Déco. C'est eux que l'on retrouve sur l'affiche, d'ailleurs. Alors ? N'y avait-il pas moyen d'étendre ceci au reste du décor, au moins pour le château ?


The Hobbit, 2012

Si vous avez vu ce film (les parties II et III), cela n'a pas pu vous échapper : le palais du roi des Nains, gardé par le dragon Smaug, n'a rien de moyenâgeux. Enfin, si, peut-être que l'esprit du Moyen Âge y est, mais il est en tout cas mêlé à l'Art Déco. Les artistes travaillant sur ordinateur ont eu tout le loisir de créer intégralement le décor qui leur plaisait. J'imagine qu'ils ont dû pas mal discuter avant d'arriver à une architecture aussi moderne pour un récit qui se veut médiéval-fantastique. Regardez ces pans coupés, ces piliers, ces statues allongées... Même s'il n'y a pas de quoi en discuter non plus pendant des heures, je trouve l'idée très osée mais en même temps tout à fait extraordinaire !


The Artist

De superbes tenues, des voitures et autres véhicules incroyables, les fans des années 20 se régalent mais ce film n'utilise pas l'Art Déco, je dirais même qu'il passe complètement à côté. Aucune modernité dans l'architecture ou les décors. On note une très légère exception dans la scène finale, où les lignes du décor un peu l'Art Déco.


Ip Man 2, 2008

Ce film chinois a recréé entièrement un quartier de Hong-Kong des années 30, en dur et en images de synthèse. On peut voir des halles couvertes et l'appartement du héros. Le combat final se passe dans une salle de bal qui est peut-être réelle tellement elle est grandiose et magnifique, je n'ai pas réussi à trouver d'information sûre. Voir l'article complet sur Ip Man 2 avec davantage d'informations et de photos..


Faubourg 36, 2008

Le film de Christophe Barratier a beau rester dans une unité de temps, l'année 1936 (sauf la toute fin), il alterne les esthétiques autant dans les arts visuels que dans la musique, et c'est ce qui fait l'intérêt du film. Le théâtre des années 1910 a clairement du mal à effectuer la transition vers les années folles. Quand elle finira par s'effectuer, pour le plus grand bonheur du public, ce sera vers des décors Art Déco très réussis. Le décor du patron malhonnête est également Art Déco.


Changeling, L'échange (2008)

Ce film de Clint Eastwood, avec Angelina Jolie présente des faits réels qui se sont déroulés à Los Angeles en 1928. Au programme, l'hôtel de ville, une gare, un centre d'appel téléphonique, de jolis véhicules. Un gros travail d'effets spéciaux pour reconstituer le Los Angeles des années d'entre-deux-guerres sur les plans larges, d'ailleurs beaucoup plus 1890-1900 que 1920 au niveau architectural.




PARTAGEZ CET ARTICLE
Facebook Google+

Commentaires

Nom ou pseudo :

Adresse Email (facultatif) :

Anti-spam. Combien font