Lyon, monument à la gloire du service de santé

30 janvier 2019

Ne nous y trompons pas ! Ce monument de 1938 titré « À la gloire du service de santé » de l'architecte Paul Bellemain et du sculpteur Louis Bertola n'est pas à la gloire des médecins ou infirmier.ère.s du quotidien ; Cette sculpture est un hommage à tous les services de santé de la grande guerre. Il s'agit donc bel et bien d'un monument de la guerre 14-18 mais, cas particulier, nous ne pouvons pas parler de « monuments aux morts » puisque celui-ci a choisi de célébrer les réussites médicales et par conséquent, les survivants de la guerre.


Forme

Situé au départ du boulevard Jean XXIII, presque sur la place d'Arsonval, dans un quartier pas du tout touristique, le monument attire l’œil tout de suite par ses proportions. Je n'ai pas les chiffres mais on en a une petite idée avec la contre-plongée précédente. On parle de 7-8 mètres de hauteur, tout de même.

De forme d'ensemble pyramidale, la sculpture principale est rehaussée trois fois : trois marches d'escalier, un bloc sculpté en bas-relief et un dernier bloc portant la mention « À LA GLOIRE DU SERVICE DE SANTÉ ».


La sculpture

Le haut-relief

Il s'agit d'une figure féminine habillée à la mode antique, armée d'une épée colossale. Quand c'est le cas pour les monuments aux morts, cette figure est une allégorie de la Victoire, victoire sans doute due en partie au travail du personnel médical, loué ici.


Les bas-reliefs

C'est là que le monument est bluffant et mérite son article parce que des sculptures imposantes, il y en a un peu partout en France, elles ne font pas toutes couler de l'encre, loin de là. En sortant du métro, on aperçoit bien quelques éléments sculptés mais on est loin de se douter d'une chose : ils font le tour du bloc en U et sont d'une qualité remarquable.


Sur le panneau principal, ci-dessous, ce que l'on envisage le plus volontiers lorsque l'on pense au système de soutien sur le champ de bataille : des infirmières, des infirmiers, des médecins, un brancard, un malade. J'ai tout de suite été marqué par de petits détails comme les lunettes (très rarement représentées), sans doute symbole de l'instruction, pour représenter les médecins ou bien les chaussures, qui ont fait l'objet de toute l'attention de l'artiste.


Mais les services de soin, ce n'est pas que des brancards et des hôpitaux de fortune proches du champs de bataille. C'est aussi des infirmes qui rentrent des hauts, des chiens de haute-montagne, des bonnes sœurs, des bonnes âmes... En voici un bon aperçu.


1938... quelle date ! Les blessures étaient à peine pansées qu'il fallait repartir pour d'autres batailles, d'autres blessures, d'autres victimes....

Timbre

divers/a-la-gloire-du-service-de-sante-timbre.jpg

Situation

Voir aussi

Accueil du site
Retour à la page d'accueil du site architecture-art-deco. Présentation, les nouveaux articles...

Les plus beaux immeubles Art Déco de Nancy
Les plus beaux immeubles Art Déco de Nancy
Les cinq plus beaux immeubles Art Déco de Nancy (54).

L'Art Déco à Nancy
L'Art Déco à Nancy
Tous les articles sur l'Art Déco à Nancy.

Les maisons Art Déco de Vichy
Les maisons Art Déco de Vichy
Une dizaine de maisons Art Déco dans les boulevards de Vichy.

Les immeubles Art Déco de Vichy II
Les immeubles Art Déco de Vichy II
Un deuxième opus sur les immeubles Art Déco de Vichy (03).

Le monument aux morts de Moulins, dans l'Allier
Le monument aux morts de Moulins, dans l'Allier
Le monument aux morts de Moulins, préfecture de l'Allier (03), sculpture.

Les immeubles Art Déco à Reims
Les immeubles Art Déco à Reims
Tous les immeubles Art Déco de Reims, dans la Marne (51).

L'Art Déco à Reims
L'Art Déco à Reims
Tous les articles sur l'Art Déco à Reims, dans la Marne.

Commentaires

Nom ou pseudo :

Adresse Email (facultatif) :

Anti-spam. Combien font